Google Alertes est-il encore efficace pour la veille?

Depuis plusieurs années déjà, on entend régulièrement parler de la baisse de qualité de Google alertes. Quel est aujourd’hui l’intérêt de ce type d’outil pour la veille ? Google Alertes est-il réellement le meilleur de sa catégorie ? Ou bien faut-il se tourner vers des alternatives comme Talkwalker Alerts par exemple ?

Quel est l’intérêt des outils d’alertes Web comme Google Alertes pour la veille ?

La place des outils d’alertes Web dans le processus de veille

Quand on souhaite mettre en place une veille concurrentielle, stratégique ou encore e-réputation on a le choix entre plusieurs approches.

La première consiste à identifier un certain nombre de sources pertinentes et à les mettre ensuite sous surveillance, via un bookmark ou outil de crawling web.

La seconde consiste à mettre en place des alertes par mots-clés (avec des requêtes plus ou moins complexes) dans différents outils comme les outils d’alertes Web (à l'image de Google Alertes), les plateformes de social media monitoring, les agrégateurs de presse, les bases de données professionnelles, etc. pour surveiller les nouveaux contenus publiés sur le Web ou dans les corpus pré-intégrés dans ces outils.

Ces deux approches sont complémentaires.

Et on retrouve ici les concepts de « veille cible» et de « veille radar» développés par le blogueur Christophe Deschamps où, dans le premier cas, on identifie des sources précises à mettre sous surveillance et, dans le second, on met en place des alertes par mot-clés sur le Web.

Avant d’explorer l’intérêt de ce type d’outils pour la veille, il convient de rappeler que ces outils comme Google Alertes interrogent de manière très large le Web ouvert dans ce qu’il a de pire mais aussi de meilleur.

NOUVEAU BASES - Un point sur les nouveaux modes de publication scientifique

Au sommaire du dernier numéro de BASES (n°356 – Février 2018)

  • LITTERATURE SCIENTIFIQUE - Un point sur les nouveaux modes de publication scientifique
  • AGENDA - L'information au service de la prise de décision est-elle un mythe ?
  • LITTERATURE SCIENTIFIQUE - Elsevier se pose en alternative à Wikipédia dans le domaine scientifique
  • RETOUR D'EXPERIENCE - Elsa Drevon : enseigner la veille pour répondre aux besoins réels des organisations
  • EN BREF - L'actualité des moteurs et des médias sociaux

Vous pouvez acheter ce numéro  de 12 pages pour 30 euros TTC en nous contactant à l’adresse suivante :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NOUVEAU NETSOURCES : La veille et la recherche d’information à l’heure de la recommandation de contenus

Au sommaire du dernier numéro de NETSOURCES (n°132 – Janvier/Février 2018)

  • PANORAMA - La veille et la recherche d'information à l'heure de la recommandation de contenus (dossier de 11 pages)
  • COMPTE-RENDU DE SALON / CONFERENCE - L'intelligence économique et ses enjeux pour les entreprises françaises

Vous pouvez acheter ce numéro  de 16 pages pour 35 euros TTC en nous contactant à l’adresse suivante :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comment bien interroger Google en 2018 ?

Dans notre précédent article intitulé « Google évolue : les documentalistes plus utiles que jamais », nous faisions le constat que Google affiche toujours moins de résultats et ce, quelle que soit la requête, et alors que son index ne cesse pourtant de s’accroître.

Certes, il annonce dans un premier temps des centaines de milliers voire des millions de résultats mais, en se rendant sur la dernière page de résultats, on constate que le nombre de résultats ne dépasse pratiquement jamais les 500.

Pour preuve, nous avions réalisé en 2011 une recherche sur les masques respiratoires. A l’époque, une requête sur l’expression masque respiratoire permettait de visualiser plus de 1 000 résultats dans Google. Aujourd’hui, la même requête n’en génère que 183.

Aujourd’hui, peut-on encore bien interroger Google ? Comment peut-on optimiser sa recherche sur le moteur ? Ou bien faut-il admettre que toute recherche sur le moteur sera par principe erratique ?

Vous souhaitez recevoir nos astuces et nos conseils de veille ?

Inscrivez-vous à notre newsletter  

Espace membres

Partenaires dans le monde

partenaires monde

Nos bureaux

plan bureaux